Appel à manifestation d’intérêt pour le roster humanitaire UNFPA-RDC

 

Fonds des Nations Unies pour la Population
Bureau pays- RDC

 

Appel à manifestation d’intérêt pour le roster humanitaire UNFPA-RDC

 

I. Contexte

Depuis plus de 20 ans, la situation sécuritaire en RDC a entraîné une multitude de nouvelles crises successives, dont l’acuité et l’ampleur se sont accentuées avec le temps. Ces crises qui perdurent ont causé des dégâts humains et matériels incommensurables, plongeant une grande partie de la population dans une situation d’extrême vulnérabilité. En effet, même si certaines zones du territoire sont stabilisées et que des avancées ont été notées en matière de développement, la majorité de la population continue de vivre dans la plus grande précarité, la rendant plus vulnérable aux chocs multiples causés notamment par les conflits internes, les tensions dans les pays voisins, les épidémies et les catastrophes naturelles. La majorité de 145 territoires que compte la RDC est affectée par des crises humanitaires, les besoins humanitaires demeurent importants et nécessitent une réponse multisectorielle, appropriée, coordonnée et durable.

D’après l’aperçu des besoins humanitaires pour l’année 2019, 25,8 millions de personnes vivent dans les zones affectées par les crises humanitaires et 12,8 millions de personnes (6,26 millions des hommes et 6,51 millions des femmes) ont besoin d’assistance humanitaire dont 5,4 millions ont besoin de protection et 700,000 filles et femmes sont à risque de violences basées sur le genre. Notons qu’en 2018, le Système National d’Information Sanitaire (SNIS) a notifié quelques 26 418 nouveaux cas de viols reçus et traités dans des formations sanitaires des provinces affectées par la crise humanitaire.
Les services de santé sont généralement perturbés ou détruits en situation de crise.  Par conséquent, l’accès à des interventions prioritaires de Santé Sexuelle et Reproductive qui peuvent sauver la vie des adolescents et jeunes, des filles et des femmes demeure un défi majeur dans les provinces touchées par les crises humanitaires. A ceci s’ajoute le fait que, faute d’un personnel qualifié dans ces zones de santé, la plupart des accouchements sont assistés par un personnel non qualifié, en particulier les matrones.

Cette insuffisance aigue ainsi que le turn over rapide du personnel qualifié en santé maternelle et néonatale couplée au manque d’intrants et de médicaments qui sauvent la vie des femmes enceintes et de leurs nouveau-nés, à la carence d’infrastructures et d’équipements médicaux appropriés pour le service de maternité et proches des personnes déplacées, etc. exposent des centaines de milliers de filles et de femmes et de nouveau-nés à la surmorbidité et à la surmortalité évitable.

II. Justification

Le Plan de Réponse Humanitaire 2017-2019 vise  : (1) l’amélioration immédiate des conditions de vie des personnes affectées par la crise, et en priorité les plus vulnérables ; (2) la protection des personnes affectées par la crise humanitaire, et l’assurance du respect de leurs droits humains ; (3) la diminution de la surmortalité et de la surmorbidité des personnes affectées par la crise et (4)  une action humanitaire rapide, efficace et redevable envers les populations affectées, en accord avec les principes et standards humanitaires.

L’UNFPA, en tant qu’acteur important de la communauté humanitaire, vise par ses interventions à répondre aux besoins de santé sexuelle et reproductive des populations touchées et à protéger la dignité des femmes et des filles, tout en soutenant la production, l’utilisation et la diffusion des données démographiques de qualité sur la dynamique des populations, la violence sexuelle et la santé sexuelle et reproductive. En particulier, en sa qualité de chef de file de la santé sexuelle et reproductive en situations humanitaires, UNFPA coordonne la mise en œuvre du Dispositif Minimum d’Urgence en santé sexuelle et reproductive en situations de crise (DMU), la prévention et réponse   aux violences basées sur le genre, en particulier la violence sexuelle, la redevabilité envers les populations affectées (AAP) ainsi que la protection contre l’exploitation et les abus sexuels (PSEA) en situation humanitaire.
D’autre part, l’UNFPA  s’est engagé à œuvrer pour la matérialisation de la vision de « ne laisser personne derrière et de servir les personnes les plus vulnérables en premier » et « les trois résultats transformateurs    pour la période 2016-2030, à savoir : éliminer les décès maternels évitables, éliminer les besoins non satisfaits en planification familiale et éliminer les violences basées sur le genre, y compris le mariage d’enfant », et ce, quel que soit le contexte de développement ou humanitaire.   Pour ce faire, conformément à son mandat en situation de crise humanitaire, le Fonds des Nations Unies pour la Population appuie la coordination et la mise en œuvre du  paquet minimum des interventions SSR qui répondent aux besoins vitaux les plus urgents notamment les SONU-B et C ; les accouchements hygiéniques/sûrs, la prévention des grossesses non voulues et des IST/VIH, la prévention et la réponse aux violences sexuelles pour les populations vulnérables notamment les filles et les femmes enceintes, les adolescents et les jeunes, et  l’établissement d’un paquet complet de soins de santé sexuelle et reproductive aussitôt que la situation le permet, etc.

Ces dernières années, presque toutes les évaluations des programmes d’interventions humanitaires mentionnent la qualité de la gestion du personnel de terrain et des ressources humaines comme un facteur ayant une incidence sur l’efficacité et l’efficience des programmes.

C’est pourquoi en avril dernier, UNFPA en collaboration avec le Ministère de la santé publique et la Société congolaise de la pratique de la sage-femme (SCOSAF), avait organisé la formation du premier pool de trente sages-femmes prêtes pour la réponse humanitaire et procédé à leur déploiement dans les zones humanitaires appuyées par les fonds CERF-UF pour « l’accès aux droits sexuels et reproductifs des femmes et filles dans les communautés affectées par les conflits » dans six provinces.

Fort du succès de cette initiative, UNFPA se propose de lancer la formation d’un deuxième pool de sages-femmes prêtes pour la réponse humanitaire, en partenariat avec le ministère de la santé (DPS, ZS), les agences des Nations Unies (UNHCR, UNICEF, OMS) et les ONGs Internationales, œuvrant dans la santé sexuelle et reproductive, santé maternelle, néonatale et des adolescentes, dans le cadre du triple NEXUS humanitaire, développement, paix et sécurité.

III. Appel à manifestation d’intérêt

Sous l’orientation générale de Monsieur le Représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population en République Démocratique du Congo et la supervision directe du Conseiller Pays en Santé Maternelle et Néonatale et, la supervision technique de la sage-femme conseillère pays et du coordonnateur de l’action humanitaire , l’UNFPA en partenariat avec le ministère de la santé publique (DPS, ZS), les agences du Système des Nations Unies qui œuvrent dans la santé et la protection en situation humanitaire (UNHCR, UNICEF, OMS, etc.) et des ONGs internationales du secteur  de la santé sexuelle et reproductive, lance un appel à manifestation d’intérêt pour participer à la deuxième session de formation préparatoire à la réponse humanitaire au profit des 30 sages-femmes.

3.1. Provinces concernées par l’Appel :

Kasaï ; Kasaï-Central ; Kasaï Oriental ; Nord-Kivu ; Sud-Kivu ; Ituri, Tanganyika ;

3.2. Critères de sélection des candidats pour la formation

  • Etre titulaire d’un diplôme de graduat / licence ou équivalent en sciences et techniques médicales (ISTM), option Accoucheuse ;
  • Etre sage-femme (ou accoucheuse de formation) œuvrant dans le système de santé en RDC ;
  • Avoir été formé(e) en soins obstétricaux et néonataux d’urgence (SONU),
  • Avoir été formé(e) en planification familiale (PF), prise en charge des IST/VIH et en prise en charge médicale des survivants des violences sexuelles (PEC SVS) est un atout ; ou être disposé(e) à suivre toutes les formations préalables en « PF, PEC des IST/VIH et de SVS, PSEA, BSAFE ;
  • Etre disponible pour un déploiement rapide en situation d’urgence.
  • Disposer des connaissances informatiques en logiciels de base (Word, Excel, Powerpoint) est nécessaire …
  • Parler couramment la langue de la localité concernée
  • Avoir une expérience dans la réponse aux crises humanitaires serait un atout

3.3. Conditions d’éligibilité pour le déploiement sur terrain

  • Etre disponible immédiatement après la sélection,
  • Avoir travaillé dans la zone de sante ciblée
  • Avoir une non-objection ou recommandation de son chef du centre, MCZ ou du DPS de la zone or province ciblée
  • Avoir la garantie de sa hiérarchie (Chef de Division provinciale de santé, Médecin-Chef de zone de santé, Médecin-Directeur, etc.)  pour récupérer son poste à la fin du contrat des prestations humanitaires avec UNFPA
  • Etre capable et prête à travailler sous pression et dans un environnement multiculturel ;
  • Etre disponible à suivre un horaire de travail compatible avec les exigences du poste qui nécessite d’effectuer souvent des missions sur le terrain.

IV. Dépôt des dossiers de candidature

4.1. Le dossier complet doit comprendre :

  1. Photocopies de diplômes/certificats ou équivalent
  2. Certificat d’aptitude physique
  3. CV ne dépassant pas trois pages en police 12
  4. Lettre de recommandation de l’autorité médicale directe
  5. Lettre de motivation ne dépassant pas une page en police 12

4.2. Les dossiers complets doivent être envoyés   à  kinshasa@unfpa.org avec copie à ekembula@unfpa.org

Les candidates qui n’ont pas d’accès internet peuvent déposer leurs dossiers sous pli fermé aux bureaux UNFPA dans les provinces ciblées.

4.3. Dates de transmission/dépôt et de clôture : du lundi 23 septembre au lundi 14 Octobre 2019 à 16h00 heure de l’est du pays, soit 15 :00 heure de Kinshasa.  Les dossiers transmis en retard ne seront pas réceptionnés.  Seules les candidates sélectionnées seront contactées pour suivre la formation accélérée de 5 jours à l’issue de laquelle seront retenues les candidats jugés performants aux tests écrit et oral.

V. Date et lieu de la formation       

La date et le lieu de la formation seront communiqués ultérieurement aux candidates sélectionnées par téléphone, e-mails et via les bureaux UNFPA du ressort.

Related articles

emploi

RDC – Administrateur(trice) des projets

Closing date: 16 Sep 2019 COOPI en RDC Présent en RDC depuis 1977, COOPI a considérablement développé ses activités dans ce pays au cours des 20 dernières années en réponse à la crise humanitaire causée par les conflits successifs. À partir du Kivu, où il y a eu la première intervention, les activités de COOPI […]

Learn More
emploi

Conseiller/ Conseillère en Santé Maternelle & Néonatale (SMN)

PATHFINDER  INTERNATIONAL AVIS DE RECRUTEMENT  (TYPE DE CONTRAT : CDD)   Titre du poste : Conseiller/ Conseillère en Santé Maternelle & Néonatale (SMN) Localisation : RDC Projet : Prosani-Usaid Date de la publication : 15 octobre 2019 Date limite : 25 octobre 2019 Description du poste Le Conseiller / La ConseillèreSMN fournit un leadership technique en Santé Maternelle et Néonatale. Collabore […]

Learn More
emploi

Aviation Officer NOB – Goma

Closing date: 22 Nov 2019 1.Contribute to the planning and coordination or activities relating to the safe execution of aviation operations in accordance with WFP and UN AVSTADS (Aviation Standards). Support or manage aviation projects or operational activities applying standard processes, including the appropriate operational risk management processes, to contribute to effective humanitarian air transportation. […]

Learn More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *